Stay Social

Seguici su:

A new grassroots left-wing movement is rising in Italy!

Potere al popolo Inglese Potere al Popolo! (Power to the People) towards the 2018 national elections and beyond.

This spring, Italians will go to the polls to vote for a new parliament. In the run up so far, the outlook has been grim to say the least. In recent times the Italian political landscape has seen a steady shift to the right, incorporating the entire political mainstream. To this end, it makes sense to speak of the right as consisting of not just its traditional representations – in its most vulgar form the racist and xenophobic coupling of the Northern League (Lega Nord)/Brothers of Italy (Fratelli d’Italia) and the more moderate Forza Italia, Berlusconi’s party – but also the now only nominally ‘centre-left’ Democratic Party (Partito Democratico), as well as the ‘populist’ 5 Star Movement (Movimento 5 Stelle).

The ruling Democratic Party’s record in government is an impressive display of disregard for working people. The most prominent of its policies in recent years was the infamous Jobs Act (the Italian forerunner of the Loi Travail in France), responsible for a huge expansion in precarious contracts and acute undermining of protections against dismissal. Other policies have included the raising of the pension age to 67, a school reform that increased employee precarity and introduced compulsory unpaid work experience for high school students of up to 400 hours, and severe spending cuts to public healthcare. This blitz of harmful policies was not limited to the domestic sphere. This year the PD government passed a law restricting the ability of NGOs to carry out rescue operations in the Mediterranean. At the same time it made an agreement with the Libyan army with the aim of stopping refugees from reaching Italian shores, thus handing over the fates of thousands of people fleeing war and hunger to an authority which is responsible for torture on a wide scale, for the establishment of what can only be described as concentration camps, and for an environment in which a new market in human slaves is allowed to exist.

The 5 Star Movement is the benefactor of a surge in right-wing populism, equipped with slogans against the ‘elites’ and ‘the system’ but taking a decisively right-wing position on most issues, making it almost indistinguishable from the Northern League. It has voted with the right on the issue of civil partnerships, on the proposals to grant citizenship to the children of settled migrants born on Italian soil, and it has even voted against a bill which proposed the outlawing of fascist apologism. The 5 Star Movement is part of the EFDD group in the European Parliament along with UKIP and Germany’s AfD, it speaks admirably of Trump and Rajoy, and it has described the rescue boats in the Mediterranean as “taxis in the service of people smugglers.” It has no qualms about spouting racist and xenophobic rhetoric, exploiting for self-serving ends the fears of a population that has steadily been impoverished after many years of austerity.

A few months ago an attempt to construct a left electoral list began. Many activists and individuals dedicated time and energy to this project, because they believed in the importance of presenting a left alternative, especially given the bleak prospects for these upcoming elections. And yet, despite the hard work of thousands of people across the country, this project was doomed to fail. It was doomed to fail because right from the start it had been in the sights of a part of the old guard of the Democratic Party: (exclusively) men who had been important exponents of and even prominent ministers in the governments responsible for all the legislation outlined above but who, in the face of declining PD support, had left the party only last year following the defeat of the referendum on constitutional reform called by the then Prime Minister Renzi, seeking to carve out their own support base in forming the Movimento Democratico e Progressista (MDP). The involvement of these politicians was the death-knell for this nascent electoral project. Without consulting the activists who had worked hard to give it life, the MDP signed an agreement on an alliance with their former party. When the alliance was made public in mid-November, outrage ensued, and eventually the organisers of this short-lived, supposedly left alternative were forced to announce that it had failed. Thus, we were once again left with the prospect of an election in which there would be no anti-austerity, anti-sexist and anti-racist manifesto, let alone an anti-capitalist one that speaks to the needs of the masses of the population.

It was at this point, therefore, that we decided that we could not stand by and watch as an election campaign solely dominated by right-wing, hate-filled rhetoric played out. We know a desire for something better exists in our society. It expressed itself in the efforts put into that first attempt to construct an alternative election choice, but it is far broader and deeper than that. It expresses itself daily in the protests of the excluded and the exploited, protests brought forward by Italians and migrants together with the common aim of making life better for everyone. All over Italy people are resisting the effects of austerity, sexism, exploitation and racism through struggle. It is to give expression to these struggle, to amplify the agency of the popular masses and to enable communities to exercise control over decisions that affect them that we decided to stand in the next elections.
We are a group of activists who, over two years ago, occupied the buildings of what used to be a forensic psychiatric unit in the centre of Naples. In only a few months we transformed a place of confinement and suffering into a centre for the community, a new Casa del Popolo (house of the people) like those founded by socialists and communists that used to exist in every town across Italy. We have fought battles – and some we have won – against unregulated labour and exploitation in the workplace, and we have opened a medical clinic to meet the needs created by successive healthcare spending cuts. We opened a legal clinic for migrants, as well as one for workers, helping people to understand their rights and giving them the tools to organise against exploitation. We have travelled all over Italy supporting the struggles of communities in defence of our environment and in protest against the destruction of our natural resources in the name of an infrastructure that serves only the needs of capital (for example, the struggle against the high-speed train-line in Val Susa, the gas pipeline in Puglia, the military satellite systems in Sicily and the drilling for fossil fuels in Basilicata). Every day, in our occupied space that we liberated from disuse, local communities can now participate in sports, recreational, cultural and political activities.

We created an inclusive space in which people from all different backgrounds have been able to listen to each other and create a discussion on the problems that exist in our society. We took our common anger and disillusion, produced by years of crisis and austerity, and together we transformed it into a will to change things. We have put our values into practice by fostering integration and solidarity where others have sought to sow hatred and division. And together we proven our strength through the practise of popular control. We acted as observers during the local elections to combat corruption, and as monitors in the refugee reception centres to make sure that the rights of refugees are respected. We also put pressure on the government advisory services and the labour inspectorate to ensure that they carry out their jobs. Through popular control we realised the potential that lies in our collective agency and exercised our capacity for self-governance.

On the 18th November we held a national assembly to launch our proposal for the elections. Taking as a starting point the values of anti-racism, anti-sexism and anti-capitalism, we sought to begin our campaign by uniting the people, organisations and communities across the country that are already engaged in the struggle to promote these values, and who, by simply coming together, make up a considerable force. From the moment we made our announcement we have been flooded with expressions of support. More than 100,000 people have watched our video, many thousands have written to us to express a desire to take part, and despite only three days’ notice, 800 people came to the assembly in Rome. Representatives from a whole range of political organisations, political parties (including Rifondazione Comunista), trade unions, labour organisations, civil society groups and student organisations were present; all with the same desire to dispense with the concession and capitulation that consigned past efforts to failure, and to build a movement which takes the needs of the people as its lead.

During this meeting the foundations of a common political programme began to emerge. Firstly, the necessity of respecting the fundamental principles of our constitution, continuously violated by successive governments, was prioritised. The protection of labour is a central element of the Italian constitution. We assert the right of all to a stable job with dignified pay. We also assert the necessity of social solidarity and for state intervention to remove the causes of inequality. We assert the necessity of state provided universal free healthcare and education. We assert the need to abolish gender inequality, to provide protection for our environment, and to provide protection and solidarity to those who have fled war and hunger. At the core of our programme, therefore, is the call for a system of welfare that is universal, indiscriminate and effective in meeting the needs of the people.

The framework that underpins our political programme is the practice of popular control. Popular control is the way the people – and by this we mean communities at the grassroots level – can begin to exercise power over the institutions and mechanisms of government. Each time a community reclaims the right to be involved in the decisions that affect it, each time a community is able to claim the (few) rights that are still due to it by law, this is popular control. We believe that popular control is an important step towards promoting activism and a commitment to solidarity within the community. It means removing the barriers to political participation and resisting the hollowing out of our democracy. It means breaking down the social divisions that keep the exploited and excluded from uniting and fighting together against the powers that oppress them. We believe that these steps can provide us with the tools we need to take up the power which is rightfully ours: the power to control the production and distribution of wealth and the power to realise democracy in its true sense.

In other words, our objective is to promote a politics based on popular power.

As such, we view the elections as merely the beginning. We are keen to obtain the best result, we hope to even win a seat in the next parliament. But our real aim is to start a process that can give back to our communities a confidence in their capacity to effect change, as well as to shift the terms of an electoral campaign which is shaping up to be the most reactionary of the last twenty years. In doing so, we oppose opportunistic electioneering by initiating a project focused on the long term. By weaving together all the local organisations, workers organisations, communities and individuals who feel the pain of injustice, and are willing to fight it, we aim to create a lasting movement.

Potere al popolo Francese  Un mouvement populaire de gauche naît en Italie!

Potere al Popolo! (Pouvoir au Peuple), vers les élections législatives de mars 2018 et, surtout, au-delà.

Au menu annoncé des élections législatives italiennes de Mars 2018 : les multiples visages de la barbarie qui est et de celle qui vient … un rapide aperçu du paysage politique italien !

Au printemps prochain, les Italiens seront appelés aux urnes pour renouveler leur Parlement. À plus ou moins trois mois donc des élections législatives prévues pour Mars 2018, les perspectives qui se présentaient à nous étaient, jusqu’à présent, pour le moins désolantes. En effet, les dernières années ont été marquées par un glissement toujours plus à droite sur l’échiquier politique de l’intégralité des partis italiens.

Aux forces de droite assumées et déjà bien installées dans le paysage politique, incarnées, dans la version classiquement libérale, par le parti Forza Italia de Berlusconi, et, dans la version réactionnaire et raciste, par le duo Lega Nord Fratelli d’Italia, se sont ajoutés deux nouveaux acteurs : le Parti Démocratique (PD) et le Mouvement 5 Étoiles (M5S).

Le premier, actuellement au gouvernement, s’est définitivement libéré des résidus sociaux-démocrates hérités de son histoire, à l’instar du PS sous la présidence Hollande, pour se consacrer exclusivement au travail de sappe de l’État social. En témoignent, entre autres, la précarisation du travail désormais institutionnalisée par le “Jobs Act”, l’élévation de l’âge légal de départ à la retraite à 67 ans, les coupes budgétaires drastiques dans les domaines de la santé et de l’éducation publiques, l’introduction de l’“Alternance École-Travail” instaurant le travail gratuit obligatoire (esclavage, donc) en entreprises pour tous les élèves de lycée. Au regard d’un tel programme de régressions sociales, on comprend alors aisément la nécessité, pour le PD, d’avoir promu, dans le même temps, une réforme constitutionnelle anti-démocratique qui entendait renforcer le pouvoir exécutif au détriment du pouvoir législatif, et ainsi éloigner toujours plus le peuple de la décision institutionnelle.

Par ailleurs, le PD s’est également révélé, en matière de politiques migratoires, être un artisan éhonté du racisme institutionnel le plus criminel, empêchant les ONG d’intervenir en Méditerranée afin de porter secours à qui n’a pas eu d’autre choix que fuir la guerre et la misère et concordant, en payant au passage directement les milices et trafiquants intervenant sur les côtes libyennes depuis l’été 2017, leur détention à perpétuité dans les camps de concentration libyens où ils sont enfermés, torturés et vendus comme esclaves. Ces mêmes intentions se sont également traduites sur le territoire national par la réforme du droit d’asile, intervenue par le biais du “Décret Minniti-Orlando” (norme dont l’équivalent juridique en droit français est l’ordonnance !) qui, véritable compilation de mesures raciales, a réduit les droits associés à la demande de Protection Internationale, les a conditionnés, en outre, au travail gratuit obligatoire (esclavage, encore), et a, pour finir, ouvert la chasse tous azimuts aux sans-papiers.

Quant au second, le Mouvement 5 Étoiles, les expériences variées de pouvoir à l’échelle nationale comme à l’échelle locale l’ont finalement révélé telle qu’il le laissait néanmoins présager : le meilleure interprète du populisme de droite, battant la Lega sur son propre terrain – à la manière du FN Marine respectivement au FN Père.

Effectivement, sous les slogans “anti-système”, se cachaient : le vote contre le droit à l’union civile pour les personnes de même sexe, le vote contre le projet de loi visant à punir l’apologie du fascisme, l’abstention lors du vote du “Ius Soli” visant la reconnaissance de la citoyenneté italienne pour les enfants de parents étrangers nés sur le territoire national, les yeux doux faits à D.Trump, N. Farage et à M. Rajoy, les accusations de « taxis à la solde des trafiquants » pour désigner les navires participant aux sauvetages des migrants en Méditerranée, bref se cachait donc, en somme, la diffusion de l’imaginaire raciste et réactionnaire en vue de tirer parti des justes peurs et colères nées de l’appauvrissement des peuples, en particulier d’Europe du Sud, par les moyens conjugués de la mondialisation du capital et de ses crises. Car de cet ennemi-là, en effet, nulle mention : les positions des “citoyens honnêtes” du M5S concernant les politiques économiques n’ont jamais manqué de servir, au final, “le système”. De toute façon, une critique de la corruption de la classe politique italienne sans remise en cause de cette forme historiquement spécifique au capitalisme italien qu’est le capitalisme clientélaire des classes dominantes n’en pouvait pas tant.

Voilà, en somme, le menu annoncé des prochaines législatives … Appétissant, n’est-ce pas ?

Alors, certes, il y a quelques mois, une tentative de constitution d’une liste de gauche anti-libérale en vue des élections fût amorcée, autrement connue sous le nom de « Parcours du Brancaccio ». De nombreuses assemblées furent organisées, et nombreux furent les militants de terrain à y croire sincèrement, et à y mobiliser leur énergie. Seulement, les contradictions internes au projet apparurent bien vite : dès le début, aux côtés des militants et citoyens attachés sincèrement à l’objectif, ou plutôt au-dessus d’eux, trônaient des têtes connues, celles des représentants de partis qui jusqu’à très récemment étaient encore les meilleurs alliés du PD ou, pire encore, qui avaient été eux-mêmes dirigeants du PD quand ils n’avaient pas, hier, carrément été ministres … Bref, la traditionnelle opération de recyclage des opportunistes en période pré-électorale. L’escroquerie fût démasquée, une bonne fois pour toutes, quand vint à être abordée la question de l’alliance – pré ou post-électorale, là était la question, cela dépendait de la loi électorale … – avec ce même “Parti Démocratique”. Et ceux qui avaient ouvert le parcours du Brancaccio au début de l’été ne purent faire autrement que le refermer fissa, une fois la loi électorale approuvée, mi-novembre.

Sur quoi, normalement, aurait dû s’envoler définitivement la perspective – si tant est que cela eût véritablement été l’objectif de l’expérience –  de pouvoir voter en mars prochain en faveur d’un projet politique dont l’égalité sociale eût été le cœur, délibérément anti-fasciste et anti-sexiste, attentif aux exigences de la majorité de la population, profondément concerné par l’urgence écologique, et irrémédiablement retorse aux impératifs d’austérité imposés par les traités de l’UE …

L’appel du 18 novembre : de l’Ex-OPG à Potere al Popolo!, en avant vers les élections!

… mais non, en fait ! Nous sommes fatigués d’attendre que quelqu’un, d’en haut, vienne nous sauver. Et nous n’en pouvons plus de voir notre pays plonger chaque jour un peu plus dans la barbarie. Aussi, avons-nous décidé de nous faire nous-mêmes le relai de la volonté de participation que le peuple, bien qu’enserré entre mille difficultés, exprime déjà dès qu’il le peut et de rapporter ainsi dans la campagne électorale ses exigences les plus élémentaires. En d’autres mots, simples : nous avons décidé de nous présenter aux élections !

Mais qui sommes-nous ? Nous sommes les militants de l’Ex-OPG, des femmes, des hommes, des travailleurs précaires, des travailleurs au noir, des étudiants, des chômeurs, des retraités. À Naples, il y a désormais deux ans et demi, nous avons décidé d’occuper une ancienne prison psychiatrique – OPG, en italien – afin de rendre ce bien commun à qui de droit : tous ! Nous avons ainsi transformé ce lieu de réclusion et de souffrance en véritable maison du peuple, c’est-à-dire en un espace qui cherche à répondre à ses besoins concrets immédiats et dont la satisfaction, en particulier au Sud de l’Europe, a énormément pâti, comme vous le savez, de la gestion libérale de la crise sur les 15 dernières années !

Nous avons ainsi commencé par des pratiques de mutualisme populaire. Pour ne citer que les plus significatives : face aux coupes budgétaires continues faites au système de santé publique et aux prix inaccessibles pratiqués par les cliniques privées, nous avons mis sur pied un centre de consultations médicales gratuites où il est possible de se faire soigner, y compris par des spécialistes, et de réaliser des examens médicaux ; nous avons monté une permanence juridique qui aide les migrants à connaître et à faire valoir leurs droits en matière de papiers mais aussi au sein des centres d’accueil pour demandeurs d’asile où, externalisés au privé – c’est-à-dire, en Campanie, aux mains d’organisations mafieuses – ils sont quotidiennement bafoués ; nous avons ouvert une bourse du travail qui permet aux travailleurs de se défendre légalement des chantages et des abus dont ils font l’objet et qui permet également aux chômeurs et retraités de connaître et faire valoir leurs droits ; pour les enfants des familles populaires du quartier où nous nous trouvons, nous avons mis en place des cours de soutien scolaire et équipé une salle de travail et une bibliothèque où ils peuvent étudier tranquillement etc. Grâce à cette solidarité populaire, et dans les 9 000m² de l’espace que nous avons libéré, se déroulent ainsi aujourd’hui près de 50 activités sociales et culturelles hebdomadaires, toutes gratuites. Autant de formes que prend la résistance par l’auto-organisation des classes populaires afin d’obtenir ce dont elles ont besoin mais qui leur est nié !

Nous sommes pourtant largement conscients que le mutualisme ne suffit pas et nous n’aspirons de toute façon pas à ce que le peuple se substitue à l’État social. Bien contraire, nous pensons qu’il revient aux institutions de garantir que les besoins de tous soient satisfaits pour tous et que les biens communs écologiques soient préservés pour tous. Aussi, nous sommes nous armer, en parallèle, d’un second outil : le contrôle populaire sur le secteur privé et sur les institutions. L’autre mot du contrôle populaire n’est rien d’autre que celui de la résistance du peuple, par la lutte collective, aux violations quotidiennes de ses droits et aux situations indignes dans lesquelles il lui est imposé de vivre. Concrètement, et à seul titre d’exemples pour l’échelle locale, nous avons mené bataille aux côtés des travailleurs exploités, contre le travail au noir ; aux côtés des migrants, contre le business de l’accueil et les pratiques illégales de la Préfecture de Police de Naples ; aux côtés des habitants du quartier et des travailleurs de la santé, contre la fermeture de l’hôpital public San Gennaro ; aux côtés des femmes, contre le refus du corps médical de conseiller et pratiquer l’avortement. À l’échelle nationale, nous avons activement soutenu les luttes contre les Grands Projets Inutiles et Imposés qui traversent toute l’Italie et qui visent à défendre les écosystèmes et les habitants contre les opérations spéculatives sur les territoires : contre la TAV dans le Val de Suse, contre le gazoduc TAP dans les Pouilles, contre les projets de forage pétroliers un peu partout en Italie, contre la base militaire MUOS en Sicile.

Et comme nous, nombreux sont les collectifs, éparpillés sur toute l’Italie, à pratiquer ce mélange d’activités sociales et de pratiques politiques : Catane, Lecce, Rome, Florence, Padoue, Milan, Turin … Le réseau “Potere al Popolo !” s’étend sur tout le territoire national ! En somme, nous sommes énormément et nous avons tous fait école auprès des oubliés de ce pays, des opprimés, de ceux qui sont toujours considérés comme les derniers ! Nous avons écouté les exigences, nous avons recueilli les problèmes concrets et collectivement nous en avons élaboré les solutions, nous avons essayé de transformer la juste rage mais aussi, le plus souvent, la désillusion et la résignation en force organisée pour changer l’ordre des choses ! Quotidiennement, nous pratiquons la solidarité et redonnons du sens au mot “démocratie”. Nous avons appris à nous connaître, et à reconnaître que nos problèmes individuels sont, en réalité, des problèmes collectifs. Nous nous sommes auto-organisés et nous nous sommes battus ensemble ! Parfois, évidemment nous avons perdu, plutôt n’avons-nous pas encore gagné. Mais le plus souvent, ensemble, nous avons décroché ces victoires qui changent vraiment la vie ! Nous avons concrètement démontré qu’une autre société est possible et avons appris, sur le terrain, qu’unis nous en sommes la force !

Autour de ces mots d’ordre simples et clairs et en vue de constituer une liste populaire de gauche radicale candidate aux prochaines élections, nous avons ainsi, comme Ex-OPG, lancé un appel à tous ceux qui s’y reconnaîtraient [cf. vidéo sous-titrée en exergue] et décidé de convoquer une assemblée nationale, à Rome, le 18 novembre. L’idée était justement de recueillir toutes ces énergies dispersées sur le territoire italien, de leur donner un moment où elles puissent se rencontrer et se reconnaître comme étant du même côté de la barricade.

La réponse a tout de suite été très enthousiasmante : la vidéo de l’appel a obtenu des milliers de visualisations et de partages, nombreuses sont les personnes, connues et absolument inconnues, à nous avoir écrit dès le lendemain pour savoir comment participer et au final, en à peine quatre jours et sans aucune couverture médiatique, environ 800 personnes se sont retrouvées au Théâtre Italia, à Rome, le 18 novembre.

Pendant près de 5 heures d’assemblée, environ 40 interventions se sont succédées : celles de collectifs de travailleurs en lutte, celles de mouvements sociaux, notamment ceux luttant sur les territoires contre les projets de dévastation environnementale, celles d’associations engagées sur le terrain mais aussi de citoyens révoltés sans organisation, de “migrants” nés en Italie de parents étrangers mais exclus de la citoyenneté italienne ou de migrants nés là-bas et ici sans-papiers, celles d’enseignants et chercheurs précaires ou encore celles de syndicats de base ou de représentants de partis politiques (en particulier, certains de Rifondazione Comunista).

Et tous se sont accordés sur la nécessité de ne pas laisser l’espace de la représentation aux seules mains de ceux qui nous promettent toujours moins de droits et toujours plus de sécurité.

Les grandes lignes du programme de Potere al Popolo!

Plus précisément, de cette première assemblée générale à Rome, est née une proposition de programme. Nous insistons sur ce caractère encore provisoire, car nous savons que toutes les énergies attachées à la création d’une telle liste populaire de gauche radicale n’ont pas nécessairement pu répondre présentes à l’assemblée nationale, convoquée en si peu de temps, et que s’organisent depuis des dizaines et des dizaines d’assemblées territoriales dans toutes les régions d’Italie dont le but, entre autres, est précisément de recueillir leurs propositions. Toutefois, de grandes lignes ont émergé de l’assemblée et constituent le cadre programmatique de la candidature de Potere al Popolo!, sur lesquelles nous n’accepterons aucun compromis, l’important étant de fédérer autour d’une vision, pas de fédérer des organisations !

Le premier point est le respect des grands principes fondamentaux inscrits dans notre Constitution, née d’une belle histoire, celle de la Résistance au fascisme ayant consacré l’égalité sociale et la centralité du travail au sommet de la hiérarchie des normes. Concrètement, cela signifie remettre au cœur de la société, les protections relatives au travail, un travail que nous voulons pour tous digne et associé à une sécurité sociale contre les risques de la vie. Par ailleurs, nous tenons à appliquer les principes de solidarité sociale pourtant inscrits dans notre Constitution mais bafoués quotidiennement : l’État se doit de supprimer les inégalités sociales par la redistribution des richesses et par la garantie, entre autres services publics, d’un égal accès à la santé et à l’éducation pour tous. Nous entendons, par ailleurs, étendre ce devoir de solidarité et d’égalité envers qui, bien que ne faisant pas parti de la communauté nationale, a fui la guerre et la misère et se doit d’être accueilli dignement. En outre, nous entendons également appliquer expressément la Constitution en matière de suppression de toute forme de discriminations, qu’elles soient de sexe, de race, de langue, de religion ou d’orientation sexuelle.

Le second point qui nous a réunis à l’unanimité concerne la nécessité d’affronter l’urgence écologique, dont les effets néfastes concernent au premier chef les plus démunis de ce pays, et du monde. À ce titre, un programme de transition écologique sera organisé à l’échelle nationale, substituant en lieu et place des anciens impératifs productivistes en lien avec la recherche du profit, l’impératif de soutenabilité dans tous les secteurs de l’économie. Dans cette perspective de préserver les biens communs que sont les écosystèmes, seront abandonnés, entre autres, les grands projets inutiles, imposés et criminels que sont la TAV, le TAP, les différents forages pétrolifères et le MUOS, et la programmation de tout autre projet d’aménagement se devra d’impliquer démocratiquement les habitants de ce même territoire.

De manière générale, c’est toute la méthodologie associée au pouvoir et à la prise de décision que nous proposons de revoir. Et nous entendons le faire à travers la diffusion et l’élargissement de la pratique du contrôle populaire à tous les aspects de la vie collective, en vue de reprendre le pouvoir sur tout ce qui nous concerne directement. Les conditions de vie des classes populaires se détériorent de jour en jour, et parallèlement aux assauts des classes dominantes, ces rangs ne cessent de gonfler ! Aux attaques des riches et des puissants qui s’intensifient donc, il faut contre-attaquer par une prise de pouvoir par le bas. Seulement, le pouvoir du peuple n’est pas chose qui se décrète et il n’est plus temps d’en rester aux pétitions de principe ou aux invocations. Nous ne pouvons, en la matière, faire l’économie de la pratique et nous nous devons d’en proposer une formule concrète, fût-elle à vocation préparatoire. C’est tout l’enjeu de cette méthode que nous avons élaborée et appelée “contrôle populaire”. Chaque fois que le peuple réclame le droit de comprendre ce qui lui passe sur le corps, chaque fois qu’il se frotte au fonctionnement des administrations et des entreprises, qu’il dénonce la corruption et le gaspillage d’argent public, qu’il décortique l’esprit des lois et qu’il en comprend les rouages, chaque fois qu’il décide de s’élever, de revendiquer le peu de droits qu’il lui reste et d’en exiger d’autres, il exerce alors un contrôle populaire. Reprenant ainsi voix au chapitre sur les mécanismes qui déterminent sa vie, le peuple s’entraîne ainsi à prendre des décisions collectivement, à s’autogouverner et s’auto-organise à cette fin. Là où ont été semées fragmentation sociale et résignation générale, le contrôle populaire, au contraire, permet de se reconnaître comme semblables, c’est-à-dire du même camp de la hiérarchie sociale, en révélant les intérêts en commun, et stimule la mobilisation ! De ce premier pas en guise d’école, nous sommes convaincus que nous nous doterons des instruments utiles pour récupérer le pouvoir duquel nous sommes les légitimes dépositaires : le pouvoir de définir les finalités et les modalités de la production et de la distribution des richesses.

En d’autres termes, l’objectif est de donner le pouvoir au peuple et redonner ainsi à la démocratie son sens plein et entier !

Avant, pendant et après les élections : (re)construire une force d’opposition populaire, massive et organisée de gauche en Italie !

Toutefois, pour avancer vers cet horizon, nous ne considérons pas que le seul espace de la représentation institutionnelle puisse suffire. En même temps, nous ne fétichisons pas non plus la politique anti-institutionnelle, comme si son intérêt stratégique pouvait être apprécié indépendamment d’une analyse concrète de la conjoncture politique. Et l’analyse concrète de la situation concrète nous indique en l’occurrence que les temps sont moins à la répétition générale de la révolution, qu’à la fragmentation du peuple et à la multiplication des obstacles idéologiques et matériels à la mobilisation contestataire … Alors s’il faut réunifier le peuple et reconstruire un front contre la barbarie qui soit suffisamment massif et suffisamment organisé pour intervenir efficacement dans les rapports de force, car tel est notre objectif, autant utiliser tous les moyens à disposition ! C’est à cet effet que nous concevons notre participation aux élections, certainement pas comme le point d’arrivée mais comme l’un des multiples instruments de départ qu’il est de notre responsabilité d’activer.

Celui-ci a l’avantage de ne pas laisser le terrain des institutions à l’adversaire, ni celui du discours car nous savons que la campagne électorale actera ce glissement à droite de tous les partis italiens. Or, de même que la propagande libérale rabattue depuis près de 40 ans a consolidé un consensus idéologique favorable aux dominants et naturalisé l’état inacceptable des choses, nous ne pouvons qu’anticiper les ravages que feront, et que font déjà, la propagande raciste et sécuritaire unanimement martelée. Être candidats aux élections c’est ainsi occuper l’espace qui, sans quoi, aurait été monopole des adversaires, leur apporter la contradiction, rouvrir idéologiquement les possibles, inséminer le doute sur la tyrannie de la réalité et sur la disparition des classes sociales, éroder le consensus dominant et glisser dans ce doute la possibilité d’une organisation sociale articulée autour de l’égalité. C’est mener la bataille culturelle, en somme, car nul ne peut ignorer que le rendez-vous électoral national demeure une occasion de politisation potentielle des masses auxquelles autrement nous aurions plus difficilement eu accès, disons à plus long-terme. En ce sens, chaque personne réchappée à la résignation ou au ressentiment sera une victoire.

C’est quelque chose de moins conventionnel qui, toutefois, a fini de nous convaincre. La particularité historique de la gauche italienne comparativement à ses homologues européens a été, à n’en pas douter, son ancrage territorial fort. Comme legs, il reste aujourd’hui dans ce pays un tissu de collectifs, de réseaux solidaires, d’associations, de citoyens engagés qui résistent quotidiennement ou ponctuellement à la barbarie, non pas en « se disant de gauche », mais en « faisant des choses de gauche », c’est-à-dire en améliorant concrètement les conditions de vie collective et en défendant les territoires des opérations spéculatives qui les assaillent. La conjoncture étant telle qu’elle est, ces îlots de pratiques résistantes sont très souvent isolés, ne se connaissent pas et ne se reconnaissent pas comme parties d’une force commune. Or, les élections législatives se jouant à l’échelle nationale, elles sont une occasion toute trouvée pour faire en sorte que ces forces dispersées s’organisent au niveau local au sein d’assemblées territoriales et se coordonnent au niveau national, autour d’un programme politique fédérateur. Histoire d’être mieux armés quand nous retournerons, au lendemain de la partie électorale, plus nombreux jouer celle des luttes sur le terrain !

Faire peser le bas sur le haut, inlassablement, jusqu’à la victoire finale !

Potere al popolo Spagnolo  Un nuevo movimiento popular de izquierda está avanzando en Italia!

Poder al pueblo! Hacía las elecciones políticas de 2018 y más allá.

La próxima primavera, los italianos serán llamados a votar para renovar el Parlamento. El cuadro que se nos presentaba era deplorable. Durante los últimos años, hemos sido testigos del  progresivo movimiento político hacia la derecha tradicional, representadas (en su versión más mezquina, racista y xenofoba) por Lega Nord – Fratelli d’Italia y (en su versión más moderada) por parte de Forza Italia. a parte se agregaron dos nuevas variantes: el Partido Democrático y el Movimento 5 stelle.

El primero (partido de gobierno actual) ha sido un entusiasta promotor del Jobs Act (Acta de Trabajo, medida neo-liberal de precarización del trabajo, NdT) que ha precarizado ulteriormente el mundo del trabajo, la elevación de la edad de jubilación, la enésima reforma peyorativa de la educación (introduciendo trabajo gratuito obligatorio para los estudiantes de la segundaria), cortes a la Salud, ataques a las Ong dedicadas a salvar vidas en el Mediterráneo y de acuerdos con las autoridades Libias con el propósito de retener en África a quienes intentan escapar de las guerras y de la miseria, fingiendo no conocer que esas mismas autoridades libias practican torturas, en verdaderos  campos de concentración, y toleran una nueva forma de trata de esclavos que en aquellos territorios se está dando.

El Movimento 5 stelle es el mejor interprete, juntos con la Lega, del populismo de derecha, que ostentando lemas anti-sistema, para luego votar en contras de las uniones civiles, absteniéndose en las votaciones para reconocer la ciudadanía a los niños hijos de extranjeros nacidos en territorio italiano, votando en contra de la ley pensada para castigar a la apología de fascismo, guiñando el ojo a Nigel Farage, mientras mira con admiración a Trump y Rajoy, y define como “taxis a la merced de los traficantes” a los barcos que se preocupan de salvar cada día vidas en el Mediterráneo, aprovechando los rencores y los miedos dictados por la crisis y por el empobrecimiento.

Hace algunos meses, se hizo un tentativo de reconstruir una lista de izquierda. Muchos militantes de las bases creyeron e invirtieron energías en ese proyecto, pero en seguida, viejos políticos (expresión de partidos que hasta algunos tiempos atrás estaban con el Partido Democrático o peor aun, que habían sido ilustres modelos o ministros), se metieron en el medio de las asambleas, tratando de llevarlas nuevamente hacia el centro, en una alianza (orgánica o post electoral, esto todavía no está claro) con aquel Partido Democrático responsable de las medidas anti populares de las que hemos dado a entender brevemente antes.

A la mitad de noviembre, los mismos promotores declararon unilateralmente cerrado el proyecto, revocando la asamblea nacional que ellos mismos habían llamado y así decretando la definitiva posibilidad (en caso de haber tenido ese objetivo) de lanzar a elecciones un proyecto seriamente anti capitalista, anti imperialista, antifascista, anti sexista, atento a las necesidades de las masas populares, que no se postre a los indicadores de austeridad ordenados por tratados europeos.

Pues bien, delante de todo eso no pudimos quedarnos con los brazos cruzados y decidimos de hacernos carga de las justas aspiraciones y las ganas de protagonismo que, aunque entre miles dificultades, las masas populares están expresando. En pocas palabras: Hemos decidido lanzarnos a elecciones.

Quienes somos? Desde más de 2 años, hemos ocupado un ex hospital psiquiátrico judicial en el corazón de Nápoles. En pocos meses, transformamos un lugar de reclusión, abusos y sufrimientos en una verdadera casa del pueblo. Combatimos batallas – y algunas las ganamos – en contras del trabajo negro y la explotación; pusimos en marcha un ambulatorio gratuito para hacerle frente a los cortes a la salud publica y los precios inaccesibles de la privada (es posible consultarse con especialistas, hacer eco grafías y difundir la cultura de la prevención); una oficina legal ayuda a los inmigrantes con los tramites para sus visas, a conocer y a reivindicar sus derechos; una “cámara popular del trabajo” ayuda a los trabajadores a defenderse de los chantajes y a organizarse para responder; apoyamos activamente las luchas que cruzan todo nuestro territorio nacional para la defensa del medio ambiente y en contras de las especulaciones y las grandes obras inútiles (lineas de ferrocarriles de alta velocidad en Val di Susa, gaseoductos en Puglia, sistemas de comunicación satelital con uso militar en Sicilia, perforaciones devastadoras en búsqueda de carburante fósil en Basilicata); cada día, en nuestras instalaciones liberadas, es posible participar a decenas de actividades deportivas, lúdicas, culturales y políticas.

Estuvimos entre la gente. Y de la gente aprendimos muchísimo. Escuchamos las exigencias, recogimos las necesidades, intentamos organizar la desilusión, la justa rabia, las ganas de cambiar las cosas, practicamos diariamente la integración y la solidaridad, mostramos que juntos somos una fuerza y esta fuerza ha sido ejercitada a través del “control popular” en las elecciones administrativas, en los centros de acogida para los inmigrantes, en los ambulatorios médicos, en la Inspección del Trabajo. A través del control popular, hemos devuelto confianza a la gente, protagonismo y capacidad de auto gobernarse.

El 18 de noviembre decidimos lanzar una asamblea nacional para recoger todas las energías esparcidas a nivel territorial, que tan solo necesitaban de mirarse a los ojos, reconocerse y reconocer de haber estado del mismo lado de la barricada.

La respuesta fue inmediata y entusiasta, el video de lanzamiento obtuvo decenas de miles de visualizaciones y fue compartido otras tantas veces. Muchísimas personas se pusieron en contacto con nosotros para saber como participar, y aunque con pocos días de preparación (solamente 3 días), 800 personas participaron a la asamblea.

Comités territoriales, trabajadores en lucha, inmigrantes, profesores, investigadores precarios, activistas individuales, partes de sindicatos de base y de partidos (en particular Rifondazione Comunista): todos juntos bajo las ganas de construir un recorrido, una ruta resultado de un pedido del Pueblo y que a estas peticiones quiere responder.

El primer punto sobre el que estuvimos de acuerdo fue el respecto de los principios fundamentales de nuestra Constitución, la centralidad y las tutelas garantizadas al trabajo, un trabajo que queremos sea digno y seguro; la solidaridad social, el deber del Estado de remover las causas de la desigualdad; la salud; la educación pública y gratuita para todos; la promoción activa de la igualdad de genero; la tutela del medio ambiente; el deber de solidaridad hacia los que huyen de guerras y pobreza, la reconstrucción de un estado de bienestar inclusivo e incisivo.

El marco que queremos dar a todo eso queda la practica del control popular: para nosotros es una palestra donde las clases populares se acostumbran a ejercer el poder, retomando antes que todo confianza con las instituciones y los mecanismos que las gobiernan.  Cada vez que el pueblo reclama sus – pocos – derechos todavía garantizados, quiere aprender el funcionamiento de las administraciones, en ese momento estamos ejerciendo un poder popular. Para nosotros hoy en día el poder popular es el primer paso para animar la militancia, la participación, el compromiso de todos sin distinción, sin barreras que no sean las de la historia, formarse todos en el mismo lado de la división social, a este paso, estamos convencidos que el pueblo será capaz de obtener las herramientas para ejercer por fin el poder del que es legítimos depositario. El poder de controlar la producción y la distribución de la riqueza, el poder de realizar la democracia en su verdadero y originario sentido.

Nuestro objetivo es construir Poder Popular!!!

Por esta razón, no consideramos para nada la cita electoral como un punto de llegada.

Claro que aspiramos a implicar más gente es posible y queremos obtener el mejor resultado, ojalá podamos entrar en Parlamento. Pero por primera cosa queremos devolver la fe, la confianza, poner al centro los temas que nos preocupan en una campaña electoral que corre el riesgo de ser la más reaccionaria de los últimos 20 años, en la que todas las fuerzas políticas entran en competencia entre quien es el más racista, a quien estás más deseoso de quitar derechos, a quien ladra más para fomentar miedos, incertidumbre, resignació

Proponemos un proyecto de larga duración: tejer un hilo que ate a cada comité barrial, cada puesto de trabajo, cada escuela, cada territorio, cada individuo que tenga la capacidad de sentir en su propia piel las injusticias y esté dispuesto a combatirlas.

Potere al popolo Tedesco Eine neue linke Bewegung von unten entsteht in Italien!

Potere al Popolo! (Power to the People – Alle Macht den ArbeiterInnen) an den nächsten Wahlen im März 2018 und vor allem darüber hinaus.

Im kommenden Frühjahr werden die Italienerinnen und Italiener zur Neuwahl des Parlaments aufgerufen. Die Aussicht scheinen sehr schlecht zu sein. In den letzten Jahren haben wir den progressiven Rechtsrutsch des gesamten politischen Milieus erlebt. Zur “traditionellen” Rechten (in der engeren, rassistischen und fremdenfeindlichen Version) des Duos Lega Nord – Fratelli d’Italia und der moderateren Forza Italia fügten sich zwei neue Varianten hinzu: die Demokratische Partei (PD) und der Movimento 5 Stelle (M5S).

Die aktuelle Regierungspartei PD war ein enthusiastischer Befürworter des Jobs Act (die Arbeitsmarktreform,welche die Arbeit noch mehr prekarisierte), der Erhöhung des Rentenhalters, der Bildungsreform „Buona Scuola“ (Einführung der obligatorischen und unbezahlten Arbeit für Schülerinnen und Schüler, die in den letzten Schuljahren in Betriebe oder Firmen arbeiten sollen) und der Kürzungen von Gesundheitsleistungen sowie der Angriffe auf NGOs, die im Mittelmeer tausende Leben retten. Der PD war gleichzeitig auch Befürworter der Kompromisse mit den libyschen Behörden, mit dem Ziel, diejenigen, die versuchen, aus Krieg und Elend zu entkommen, in Afrika aufzuhalten. Es sind dieselben libyschen Behörden, die Folter in regelrechten Konzentrationslagern und den neuen Sklavenhandel tolerieren.

Der M5S sowie die Lega Nord sind rechtspopulistisch orientiert. Der M5S präsentiert sich als antisystemisch, stimmt dann aber gegen die eingetragene Partnerschaft und enthält sich, wenn es um die Staatsbürgerschaft für in Italien geborene Einwandererkinder geht. Darüber hinaus ist der M5S gegen das Gesetz, welches die Apologie des Faschismus bestraft und beobachtet Nigel Farage von der UK Indipendent Party. Ausserdem schaut der M5S mit noch grösserem Interesse auf Trump und Rajoy und definiert die Schiffe, die im Mittelmeer Flüchtlinge vor dem Ertrinken retten, als ein „Taxi-Service für Schleuserbanden“. Schliesslich verbreitet der M5S rassistische und fremdenfeindliche Ideen, welche im Kontext der Krise und der Verarmung breiter Bevölkerungsgruppen auf fruchtbaren Boden treffen.

Vor einigen Monaten wurde versucht, erneut eine linke Liste zu lancieren. Bekannt wurde dieser Versuch als „Treffen des Brancaccio“. Viele Genossinnen und Genossen glaubten daran und haben daher viel Energie in das Projekt investiert. Aber die „alten“ Politiker – dieselben, welche die Demokratische Partei unterstützten oder gar Mitglied oder Minister des PD waren – haben versucht, diese Bewegung in die Mitte zu schieben, indem sie von Beginn an eine politische Allianz mit der Demokratischen Partei suchten. Es ist genau derselbe PD, der für viele arbeiterfeindlichen und antidemokratischen Massnahmen verantwortlich ist. Mitte November kam der Versuch des Brancaccio zu seinem Ende: Das zweite italienweite Treffen wurde abgesagt und damit auch die Möglichkeit untergraben, ein ernsthaftes antikapitalistisches, antifaschistisches und antisexistisches Projekt für die Wahlen zu präsentieren, ein Projet, welches die Bedürfnisse der Arbeitenden in Zentrum der Politik setzt und sich gegen das Spardiktat der Europäischen Union stellt.

Angesichts dieser politischen Situation, konnten wir nicht einfach dem politischen Spektakel zusehen. Wir beschlossen also, die Verantwortung für die richtigen Bedürfnisse der Arbeitenden zu übernehmen und entschieden, uns zu kandidieren.

Wer sind wir? Wir stellen uns vor. Seit mehr als zwei Jahren haben wir ein ehemaliges psychiatrisches Gefängnis im Herzen Neapels besetzt. Innerhalb einger Monate haben wir einen Ort der Gefangenschaft, des Missbrauchs und des Leidens im wahrsten Sinne des Wortes in ein „Volkshaus“ (Casa del Popolo) verwandelt. Wir haben gegen Schwarzarbeit und Ausbeutung gekämpft und gewonnen. Wwir haben eine kostenloses Ambulatorium eingerichtet, in dem wir trotz Abbau der öffentlichen Gesundheitsversorgung kostenlose Ultraschalluntersuchungen durchführen können und eine wirkliche Gesundheitsprävention ermöglichen. Freiwillig arbeitende Anwälte helfen MigrantInnen, die notwendigen Papiere zu erhalten und ihre Rechte besser zu verstehen. Eine Arbeitskammer hilft den Arbeiterinnen und Arbeitern, sich gegen die tagtägliche Erpressung der Vorgesetzten und Patrons zu wehren und sich kollektiv zu organisieren. Wir unterstützen mehrere Kämpfe für den Schutz der Umwelt und gegen Spekulationen überall in Italien (wie z.B. gegen den Bau der Hochgeschwindigkeitsstrecke in der Val di Susa, gegen die Gasleitungen in Apulien, gegen die militärische Satellitenkommunikationssysteme auf Sizilien, gegen die umweltzerstörenden Bohrungen fossiler Brennstoffe in der Basilicata). Jeden Tag ist es möglich, in den von uns besetzten Räumen an Dutzenden sportlichen, kulturellen und politischen Aktivitäten teilzunehmen.

Kurzum: Wir schaffen durch unsere Aktivitäten neue Formen der Gemeinschaftlichkeit. Wir haben gegenseitig viel gelernt. Wir konfrontieren uns mit den von Ausbeutung und Unterdrückung betroffenen Menschen und sammeln ihre Bedürfnisse. Wir versuchen, Enttäuschungen und Wut in etwas positives und konstruktives zu verwandeln. Wir erleben täglich, wie Wünsche konkret werden können. Wir praktizieren täglich gegenseitige Hilfe und Solidarität. Wir zeigen, dass wir zusammen eine Kraft sind, und diese Kraft haben wir durch die „Kontrolle von unten“, durch den sogenannten „controllo popolare“, im Rahmen der Kommunalwahlen, in den Aufnahmezentren für Geflüchtete, in den Beratungsstellen und beim Arbeitsinspektorat ausgeübt. Durch diese Kontrolle von unten haben wir gemeinsam mit Betroffenen Vertrauen aufgebaut und Partizipation und Selbstorganisation ausgelebt.

Am 18. November haben wir zu einer italienweiten Versammlung aufgerufen, um alle politischen und sozialen Realitäten auf nationaler Ebene zusammenzubringen, um mit den Menschen zu reden und somit zu erkennen, dass wir auf der gleichen Seite der Barrikade stehen.

Die Antwort war beeindruckend! Das Video zur Lancierung der Versammlung hat in wenigen Tagen Zehntausende Views und Shares gehabt. Viele Menschen aus ganz Italien haben uns geschrieben, um zu wissen, wie sie teilnehmen können. Schliesslich haben 800 Personen an der Versammlung teilgenommen, auch wenn wir nur vier Tage zuvor den Aufruf lanciert hatten.

Lokale Komitees, ArbeiterInnen, MigrantInnen, LehrerInnen und prekäre ForscherInnen, einzelne AktivistInnen und Mitglieder von Basisgewerkschaften sowie von Parteien (insbesondere Rifondazione Comunista): All diese Menschen waren vereint durch den Wunsch, einen gemeinsamen Weg zu entwickeln, der von der sozialen Realität und den Kämpfen von unten ausgeht. Alle wollen wieder bei den wahren Bedürfnisse der Menschen anknüpfen und klare politische Antworten geben.

Die ersten Punkt, auf die wir uns fokussiert haben und auf die wir uns einig konnten, waren die Einhaltung und die Verteidigung der grundlegenden Prinzipien unserer Verfassung und die Wichtigkeit des ArbeiterInnenschutzes. Wir wollen eine Arbeit für alle, die menschenwürdig und sicher ist. Wir wollen soziale Solidarität und die Gleichberechtigung der ArbeiterInnen, wir wollen, dass die grundlegenden Gesundheitsleistungen und die öffentliche Bildung allen zugänglich sind. Zudem wollen wir eine aktive Förderung der Gleichberechtigung und des Umweltschutzes sowie die Solidarität mit allen Geflüchteten, die vor Armut und Krieg fliehen. Wir wollen endlich einen funktionierenden Sozialstaat.

Wir wollen eine Kontrolle von unten und für uns bedeutet das, dass sich die Arbeiterklasse immer mehr daran gewöhnt, die Kontrolle über ihren politischen und sozialen Alltag zu übernehmen und dadurch wieder Vertrauen in die sozialen Institutionen und in die Politik gewinnt. Jedes Mal, wenn die Arbeitenden und Unterdrückten für ihre Rechte einstehen, politische Entscheidungsprozesse und das richtige Funktionieren der öffentlichen Institutionen zu durchschauen, dann findet eine regelrechte „Kontrolle von unten“ statt. Für uns ist das der erste Schritt zum Aktivismus, zur Partizipation und zum Engagement von allen, ohne Unterscheidungen jeglicher Art, ohne Barrieren. Wir sind also davon überzeugt, dass die Menschen in der Lage sind, eine solche Kontrolle von unten zu praktizieren. Das bedeutet, die Aneignung der Macht, die Produktion und Verteilung von Reichtum zu kontrollieren sowie der Macht, die Demokratie in ihrem wahrsten und ursprünglichen Sinne zu verwirklichen.

Wir können also laut behaupten, dass wir ein Ziel haben, nämlich die Macht wieder in die Hände der Arbeitenden und Unterdrückten zu geben, wir wollen einen wahren „Potere al Popolo“!

Die Parlamentswahlen sind also überhaupt nicht unser Hauptziel. Wir wollen so viele politische und soziale Kräfte wie möglich einbeziehen, das bestmögliche Ergebnis erzielen und, warum nicht, auch einen Parlamentssitz gewinnen. Aber das Erste, das wir wollen, ist das Vertrauen der ArbeiterInnen und der Unterdrückten wiederaufzubauen und uns auf die Themen zu fokussieren, die uns wirklich im Alltag treffen. Wir wollen diese Themen in den Mittelpunkt des Wahlkampfes stellen, weil wir jetzt schon wissen, dass dieser Wahlkampf der reaktionärste der letzten zwanzig Jahre sein wird. Alle politischen Kräfte werden ihre rassistische Politik intensivieren und durch die Kürzungen von sozialen Leistungen weiterhin Angst, Unsicherheit und Resignation verursachen.

Diesem Szenario wollen wir ein langfristiges Projekt entgegensetzen: Wir wollen ein Netz spannen, welches jedes lokale Komitee und jeden Arbeitsplatz, jede Schule und jede Nachbarschaft und vor allem jeden einzelnen Menschen zusammenbindet – also alle Menschen, der die sozialen Ungerechtigkeiten auf seiner eigenen Haut erleben und bereit sind, dagegen zu kämpfen, zusammenbringen.

SEGUICI SU FACEBOOK
No Comments

Post A Comment

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.

X